Dimanche 28 novembre 2010 7 28 /11 /Nov /2010 17:51
- Publié dans : A lire

Transmis par Laurence Enselieure

http://www.michelgurfinkiel.com/articles/330-Jihad-De-Rubenstein-a-Bat-Yeor.html

DE RUBENSTEIN A BAT YEOR

Quand un éditeur catholique français publie des livres exceptionnels sur l’islamisme te sur la menace iranienne…

C’est à vingt ans, en 1944, que Richard Rubenstein découvrit l’Holocauste. Il était étudiant au Hebrew Union College de Cincinnati, le séminaire rabbinique du judaïsme réformé américain. Dans cet établissement huppé, la règle voulait que les élèves prissent leur petit déjeuner en blazer et cravate. Des serviteurs noirs, gantés de blanc, versaient le café, le thé et le chocolat dans des tasses de porcelaine. En temps de paix, le silence eût été de rigueur. Mais c’était la guerre : on écoutait donc la radio. Un matin, il fut question, sur les ondes, de l’assassinat des Juifs en Europe. Jusque là, sur ordre de la Maison Blanche, peu d’informations avaient circulé à ce sujet. Mais quelques journalistes juifs avaient décidé de passer outre, et révélaient soudain à l’opinion, pour la première fois, les dimensions véritables de ce crime, et surtout qu’il se poursuivait, alors même que la victoire des Alliés ne faisait plus de doute. Rubenstein écoutait, médusé. Entre les rituels de table de l’Hebrew Union College et ces nouvelles, le contraste était trop abrupt.

Le sentiment d’irréalité qu’il éprouva ce jour-là, Rubenstein n’a jamais cessé de l’éprouver. Devenu rabbin réformé, il écrivit dans un essai publié une vingtaine d’années plus tard, en 1966, que « Dieu était mort à Auschwitz ». Le thème nietzschéen de la « mort de Dieu » était alors à la mode chez les théologiens chrétiens. En général, cet événement était présenté de façon positive : une certaine image de Dieu, reflet des angoisses humaines, s’effaçait, ce qui allait permettre l’émergence d’une religiosité nouvelle, « libérée », en particulier, des« archaïsmes bibliques » en matière de moeurs. Mais Rubenstein, en théologien juif, affirmait le contraire : un monde où le Dieu traditionnel, celui de la Bible, avait été « tué » à travers son peuple, ne pouvait que retourner au chaos et au néant. Ce n’était pas un hasard, selon lui, si l’arme atomique était apparue au lendemain de l’Holocauste.

Du judaïsme réformé, Rubenstein est passé par la suite à un judaïsme plus traditionnel, et d’une certaine forme de rabbinat à l’université. Mais il a poursuivi, à travers une œuvre considérable d’historien et de philosophe, la même réflexion sur l’Holocauste. L’un de ses derniers livres, Jihad et Génocide nucléaire, vient d’être publié en français par un éditeur d’inspiration catholique, Les Provinciales. C’est probablement, sur l’acquisition de l’arme nucléaire par l’Iran, l’analyse la plus profonde publiée à ce jour. Rubenstein rappelle que le jihad, le commandement d’une « guerre sainte » islamique, a souvent tourné au génocide (du massacre général des Juifs d’Arabie, au VIIe siècle, à celui des Arméniens de l’Empire ottoman, au XXe). Il souligne que l’effort nucléaire actuel de l’Iran repose, en dernier ressort, sur le projet d’un second Holocauste, la destruction instantanée du pays et du peuple d’Israël. Enfin, il note que détruire Israël et les Juifs revient, dans l’islam extrémiste comme autrefois dans une certaine chrétienté ou la paganité, à rejeter le Dieu de la Bible. Il aborde aussi, de façon plus périphérique, l’étrange attitude d’une partie de l’Occident, qui refuse de regarder en face la menace islamiste actuelle, tant sous ses formes sunnite que chiite. On souhaiterait que chaque ministre et chaque député, en Europe et en France, prenne le temps de consulter cet ouvrage.

Les éditions des Provinciales publient au même moment un autre ouvrage capital, L’Europe et le Spectre du Califat, par la chercheuse britannique Bat Yeor. Dans la ligne d’un ouvrage plus ancien, Eurabia, l’auteur y retrace les conditions dans lesquelles un islam souvent extrémiste a été autorisé, sinon encouragé, à s’installer dans les pays occidentaux. Et relève à cet égard le rôle de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), une sorte d’Onu bis réservée aux pays musulmans, qui se présente comme un « califat collectif » : c’est à dire le coordinateur d’un jihad à la fois spirituel et temporel.

L’Europe et le Spectre du Califat a été l’objet d’une étrange affaire. Le 18 novembre, Bat Yeor devait présenter son livre à Paris, dans le cadre du Cape, un centre de discussion sur les affaires internationales réservé aux journalistes. Mais cette conférence a été annulée, ce qui n’arrive presque jamais dans cette institution : sur intervention directe de l’autorité de tutelle, le Quai d’Orsay. Les hauts fonctionnaires à l’origine d’une telle décision n’ont apparemment pas compris qu’en censurant Bat Yeor, ils validaient son argumentation, et confirmaient que l’islamisme dispose désormais de connivences au plus haut niveau dans les pays occidentaux. Notre consoeur Véronique Chemla donne tous les détails dans son blog (www.veroniquechemla.info).

Le spectre du califat hante l'Europe Jihad et Genocide Nucléaire


Sur le blog de Gad et Aschkel

Dictionnaire des mots français venant de l'hébreu

Patrick Jean-Baptiste

Date de publication : 21/10/2010

Présentation de l'éditeur :

Si l’origine hébraïque ou araméenne de mots comme abbécapharnaüméden,jubilémacabremessie ou satanique, qu’on trouve pour la plupart d’entre eux dans la Bible, est aisément identifiable, la langue française en recèle bien davantage. Il y a ceux auxquels on pense, comme kacher, et ceux auxquels on ne pense pas : jobardpâqueretteonanismesansonnet. Ce Dictionnaire en dénombre 257, sans compter les centaines d’adjectifs, verbes ou préfixes qui en dérivent, d’ abaque à zizanie, en passant par cumin, ainsi que toutes les lettres de notre alphabet, puisqu’elles sont aussi « phéniciennes », ou venant du Levant préislamique, que nos chiffres sont « arabes ».

Véritable enquête sur les origines de la civilisation occidentale à travers l’étymologie, ce Dictionnaire nous en révèle surtout les racines cachées. Il ne faudra donc pas s’étonner d’y trouver les entrées amer,avesécuritéscience, formes latinisées d’emprunts au punique (un cousin germain de l’hébreu et du phénicien) ou certains noms grecs, mais d’origine sémitique : achillée, asclépiade, catharsis, cosmos, héma(to)-herculéenhybride,océan,sophisme, etc.

D’évidence, il n’y a pas loin entre la Bible et l’Iliade… Tous ces mots témoignent du fait qu’avant Rome, avant Athènes, il y avait Tyr et Jérusalem.

Patrick Jean-Baptiste, journaliste scientifique et essayiste, s’intéresse depuis plus de dix ans à la question des influences culturelles et aux phénomènes religieux. Il est l’auteur de La Biologie de Dieu (Agnès Viénot, 2003) et deL’Affaire des fausses reliques (Albin Michel, 2005).

Préface de Claude Hagège, professeur au Collège de France.


 Dictionnaire des mots français venant de l'hébreu : Et des autres langues du Levant pré-islamique
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés