Mardi 13 mars 2012 2 13 /03 /Mars /2012 14:21
- Publié dans : France

Voici un article de Bernard-Henri Lévy pour une fois très instructif et clairvoyant. Il analyse ce que je supposais, à savoir les pressions turques dans cette affaire. Cela me rappelle le "boycott" du magnifique film des grands cinéastes, les Frères Paolo et Vittorio Taviani sur le génocide arménien, "Le Mas des Alouettes", sorti en 2007, ce film n'a pas tenu 2 semaines en France, toutes les critiques étaient scandaleusement négatives (de Télérama à Ouest France,  Le Point, Télé7jours, etc). alors que ce film bouleversant méritait un traitement plus objectif lien de commentaires de spectateurs

 


www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/genocide-armenien

Force est à la loi.

Et aux institutions de la République.

En sorte que l'invalidation par le Conseil constitutionnel de la loi votée par les deux Chambres et visant à pénaliser la négation des génocides est, en droit, et jusqu'à réexamen par les mêmes deux Chambres, le dernier mot de l'affaire.

N'empêche.

Le respect de l'État de droit et l'égard dû à ses règles n'ont pas non plus vocation à aveugler les citoyens sur un certain nombre de faits, en l'espèce, préoccupants.

Les pressions exercées, par exemple, avant la saisine du Conseil, par les représentants de la Turquie.

Les cars de manifestants nationalistes amenés, sous les fenêtres des sénateurs, exiger le droit d'attenter, en toute liberté, à la mémoire des morts et à l'honneur des survivants.

L'incroyable lettre signée, le 30 janvier, par un patron du CAC 40 devenu, pour l'occasion, "coprésident du comité scientifique" du principal groupe de pression franco-turc, l'Institut du Bosphore : M. de Castries, par ailleurs patron d'Axa, y adjurait les parlementaires, au nom de l'avenir des relations entre les deux pays, de résister à la demande de droit des Français d'origine arménienne.

Et puis la composition même du Conseil dont l'impartialité, la sagesse, la hauteur de vues requises face à une délibération de cette nature ont été sérieusement mises à mal par une série de prises de position opportunément rappelées par Le Canard enchaîné.

Tel "sage", l'ancien sénateur Haenel, dont l'affiliation à l'Institut du Bosphore n'a jamais été un secret ; qui fut, pour cette raison, empêché de prendre part au vote ; mais qui eut le temps, avant cela, de produire un rapport déplorant que la première loi, celle d'octobre 2001 reconnaissant le génocide, "porte atteinte aux échanges économiques bilatéraux" entre la France et la Turquie. lire la suite

 


Le Mas des AllouettesLe Mas des AllouettesLe Mas des Allouettes

Le Mas des Allouettes

 

Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés