Dimanche 26 février 2012 7 26 /02 /Fév /2012 23:56
- Publié dans : Culturel

 

Lire ces deux articles très intéressants sur les sites, en voici des extraits :

http://www.resiliencetv.fr/?p=10217

Paroles de grands chercheurs sur le réchauffement climatique

[...] 15 Février 2012 : le Prof. Dr. Fritz Vahrenholt, l'un des tout premiers porte-drapeaux du mouvement vert en Allemagne est devenu climato-sceptique.

C'est ce que les anglophones appelleraient une "Breaking News", c'est à dire "une nouvelle fracassante" qui, sans aucun doute, ébranle sérieusement l'alarmisme climatique en allemagne et bien au delà de ses frontières. 
Dans ce billet, nous nous intéressons plus spécifiquement aux causes : Pour quelles raisons et par quel cheminement de pensée, un personnage aussi éminent et convaincu que Fritz Vahrenholt dont la carrière a été entièrement consacrée au développement durable et autres préoccupations "vertes", a-t-il rejoint un nombre important des points de vue de beaucoup de personnalités qui sont citées dans cette longue page ?

[...] "Il était l'environnementaliste le plus connu du Parti Social Démocrate Allemand (SPD). Maintenant, même Fritz Vahrenholt ne croit plus dans les prédictions du réchauffement climatique. 

Chaque année, des centaines de milliers de Chrétiens se séparent de l'église. Cela ne fait aucun bruit. Mais si un évêque abandonne sa foi, c'est un coup de tonnerre. C'est tout-à-fait semblable à ce qui concerne la croyance dans la catastrophe climatique. Seulement 31 pour cent des allemands ont encore peur du réchauffement climatique. En 2006, ils étaient exactement deux fois plus nombreux. Et maintenant un poids lourd est venu renforcer les rangs des incroyants. Vahrenholt, l'un des pères du mouvement environnementaliste allemand, ne croit plus aux prédictions du Groupe Intergouvernemental d'Experts sur le Changement Climatique (GIEC). Et il n'accepte pas non plus les scénarios avec lesquels l'Institut de Potsdam qui sert de conseiller à la Chancelière Angela Merkel et au Ministre de l'Environnement, a sonné l'alarme sur le changement climatique, depuis des années [...]"

[...] Pour ce qui est du premier, j'ai été invité en Février 2010 à Washington en tant que relecteur scientifique pour le rapport du GIEC sur les énergies renouvelables. C'est là que j'ai réalisé que le projet du rapport était fait d'une manière qui n'avait rien de scientifique. Ce rapport était constellé d'erreurs. A la fin, les représentants de Greenpeace ont édité la version finale. Le résultat était l'affirmation dénuée de sens que les besoins de 80% de l'énergie totale mondiale devaient être satisfaits à partir d'énergie renouvelable.

Ces événements m'ont choqué. J'ai pensé que si de telles choses pouvaient se produire dans ce rapport, elles pouvaient tout aussi bien se produire dans d'autres rapports du GIEC. 
Parmi les 34 membres du secrétariat du GIEC, la majorité vient du sud – tels que Cuba, le Soudan, Madagascar, Iran ou la Chine. Ces pays ont un grand intérêt aux transferts d'argent. Jusqu'alors j'avais pensé que les chercheurs se rassemblaient et discutaient. Non. En fait, ce sont des délégués qui représentent les nations -et pas toujours des nations démocratiques. Ils représentent des intérêts et exercent leur influence."

[...]

on ne demande pas à ces scientifiques leurs avis sur le contenu du texte final du rapport. Ils sont simplement cités. Et il y a une pression énorme sur les scientifiques pour qu'ils se conforment à l'opinion mainstream. Si vous ne le faites pas, alors vous ne recevrez plus aucune subvention et vous serez exclu des conférences et des réunions. 

Ceci vient justement de m'arriver. L'Université d'Osnabrück vient d'annuler ma conférence invitée parce que j'avais écrit ce livre. Les opinions dissidentes ne sont plus autorisées."

 

 


http://www.contrepoints.org/2012/02/10/68616-changement-climatique-leffet-vahrenholt-refroidit-une-allemagne-de-plus-en-plus-sceptique

Changement climatique : l’effet Vahrenholt refroidit une Allemagne
de plus en plus sceptique

 

Extraits :

Alerte rouge chez les zélotes verts de la décarbonisation. Le climat change ! Je ne parle pas ici des températures glaciales qui, cette année, ont attendu février pour submerger l’Europe, mais du climat intellectuel et politique dans le pays berceau européen de l’écologie politique, la verte et riante Allemagne. Rendez-vous compte : moins de 31% des Allemands estiment aujourd’hui que le réchauffement climatique résulte des activités humaines, ou que ce soit un problème.

Soleil Froid

Et cela ne va pas s’arranger pour la coterie réchauffiste germanique.  La parution d’un livre important à plus d’un titre, dont les ventes « cartonnent », et qui ose affirmer que les cycles solaires sont bien plus importants dans la formation du climat qu’un gaz représentant moins de quatre dix-millièmes de notre atmosphère, enfonce un nouveau clou géant dans le cercueil des ambitions des profiteurs du nouvel ordre écologiquement correct.

Le livre s’appelle « le soleil froid », « Die kalte Sonne » dans la langue de Bismarck, et est sous-titré « pourquoi la catastrophe climatique n’aura pas lieu ». Pourquoi l’ouvrage est-il à ce point intéressant ?

Pas par son contenu, certes très bien présenté [1], mais qui n’apprendrait guère de choses à un lecteur régulierd’Anthony Watts ou Jacques Duran. L’importance de cet ouvrage tient à son auteur principal, qui est Fritz Vahrenholt, conjointement avec un géologue réputé, Sebastian Lüning.

Ce nom ne vous dit sans doute rien, mais en Allemagne, Mr. Vahrenholt est tout, sauf un inconnu. Titulaire d’un doctorat de Chimie, membre éminent du SPD, Vahrenholt fut, dans sa jeunesse, un des soutiens scientifiques du mouvement écologiste politique allemand. Parallèlement à une carrière professionnelle bien remplie, il occupa nombre de responsabilités environnementales au niveau régional - l’Allemagne est un pays très décentralisé… – avant de prendre la direction générale d’une entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables, RWE innogy. Il a déjà écrit un Best Seller sur les dangers de l’industrie chimique, dans les années 70, intitulé « Seveso partout », qui fut un hit en Allemagne. Bref, une véritable conscience écologique outre Rhin.

À tel point qu’il fut même sollicité pour être un des relecteurs d’une partie du rapport AR 3 - la partie consacrée aux « solutions » – du GIEC 2007. En outre, l’entreprise que dirige M. Vahrenholt, RWE innogy, dépend en partie des subventions fédérales à l’économie que l’on dit verte : dans une telle position, bien d’autres que lui se tairaient, ou pratiqueraient la surenchère alarmiste pour bénéficier de la manne gouvernementale.

Fritz Vahrenholt, l’écologiste honnête

Oui, mais voilà, le Dr. Vahrenholt est d’abord, semble-t-il, un scientifique consciencieux. Dans l’une des multiples interviews qu’il a données depuis qu’il fait la une, il raconte qu’il a commencé à avoir des doutes en tant que relecteur de ce fameux rapport du GIEC, dans lequel il décela de nombreuses erreurs factuelles. Lorsqu’il voulut les signaler, ses remarques furent simplement ignorées.

Lire la suite

Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés