Dimanche 4 septembre 2011 7 04 /09 /Sep /2011 23:56
- Publié dans : Giulio Meotti

http://www.informazionecorretta.com/main.php?mediaId=999920&sez=120&id=41240

Rome. Le négociateur palestinien Saeb Erekat a déclaré qu'il s'attendait à recevoir le soutien de 150 des 192 états membres des Nations Unies quand le 20 septembre sera formulée la demande d'indépendance de la Palestine à l'ONU. Que la situation soit désormais désastreuse pour Israël, même l'ambassadeur de Jérusalem à l'ONU, Ron Prosdor l'a dit : "le maximum que l'on puisse espérer, c'est un groupe d'État qui s'abstienne ou soit absent lors du vote".

Si les Palestiniens cherchent leur adhésion à l'ONU à travers le Conseil de Sécurité, il faut s'attendre à une défaite sanglante puisque les États-Unis ont annoncé qu'ils utiliseront leur droit de veto. Si par contre ils cherchent une déclaration d'indépendance par le biais de l'Assemblée Générale, leur initiative sera couronnée de succès étant donnée l'avalanche de soutiens qu'ils ont recueillis. Cela sera surtout une victoire politique et diplomatique. Le Ministre israélien des finances, Yuval Steinitz a dit hier que l'initiative de l'autorité palestinienne à l'ONU représente pour Israël "une menace plus grave que celle du Hamas". 

L'Autorité palestinienne parle désormais "du soutien des trois quarts de la planète". Une chaise spécialement fabriquée à la main dans du bois d'olivier de Jérusalem et revêtue de velours bleu accompagnera l'Autorité palestinienne au moment de son admission à l'organisation des Nations Unies prévue pour la dernière semaine de septembre. Jérusalem anticipe avec certitude le vote des 116 pays du bloc des non-alignés. Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahou espère le soutien de la "majorité morale" des états occidentaux qui comptent le plus.
Il reste à voir quel sera le vote européen. Hier, Catherine Ashton, chef de la diplomatie de l'Union européenne a dit que Bruxelles n'a pas encore pris de décision. À ce jour, seuls cinq pays occidentaux -- l'Italie, la Hollande, la République tchèque, l'Allemagne et les États-Unis -- ont promis de s'opposer à la requête unilatérale d'indépendance palestinienne. Cependant, certains se sont dits prêts à revenir sur leur décision si les Palestiniens modifient leur résolution. Dans le cas où ils acceptent de retourner à la table des négociations après une déclaration générale d'indépendance, il est probable que des états occidentaux transforment leur refus en abstention.
Israël a envoyé en Afrique et en Asie des diplomates à la recherche d'un consensus pour essayer de percer le front étendu de soutien à la Palestine.

Même le nouveau-né de l'ONU, le Sud Soudan a annoncé qu'il allait reconnaître un État palestinien indépendant. Berlin a déjà déclaré qu'il s'oppose à une décision unilatérale. L'Australie est indécise car elle convoite un siège au Conseil de sécurité. Le Canada dit non, c'est un des meilleurs alliés d'Israël depuis une décennie. Non également de la part de la Colombie et de Panama, des alliés historiques d'Israël en Amérique du Sud. Exceptés les états musulmans et les régimes africains, parmi ceux qui ont annoncé la reconnaissance se trouvent l'Argentine, le Brésil, la Bulgarie, le Chili, le Costa Rica, la Bosnie, l'Honduras et l'Afrique du Sud. La Russie votera en faveur des Palestiniens. De même que la Chine et l'Inde, alors le vote du Japon sera décisif. Tokyo est encore indécis et Israël espère que ses liens avec les États-Unis et l'aide reçue après le Tsunami pèseront dans le choix des Japonais. L'Espagne votera en faveur des Palestiniens. Une partie des états baltes et des états d'Europe orientale soutiennent plutôt Israël. La Grande-Bretagne et la France (plus aujourd'hui) sont encore indécises et attendent de voir le texte final (Nicolas Sarkozy déploie tous ses efforts pour obtenir un front commun européen sur ce vote). L'Irlande, le premier pays européen à avoir donné le statut d'ambassade aux Palestiniens, votera pour ainsi que la Belgique, Malte, le Portugal et les pays scandinaves comme la Norvège et la Suède (il reste un doute concernant le Danemark). Même la Grèce et Chypre se sont alignés en faveur du vote en dépit du développement récent de leur amitié avec Israël.

Certains analystes prévoient déjà que les Palestiniens pourraient utiliser leur statut de membre de l'ONU pour poursuivre Israël dans les enceintes internationales telles que le tribunal de la Haye en vertu du fait que seuls les membres de l'ONU peuvent intenter des poursuites pour crimes de guerre. 

Adapté par Danilette

Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés