Samedi 12 mars 2011 6 12 /03 /Mars /2011 19:38
- Publié dans : Khaled Abu Toameh

Où sont les protestations contre l'apartheid arabe ?

par Khaled Abu Toameh

11 mars 2011 

http://www.hudson-ny.org/1953/arab-apartheid

Mohammed Nabil Taha, un garçon palestinien de 11 ans est décédé cette semaine à l'entrée d'un hôpital libanais après que les médecins aient refusé de lui venir en aide parce que sa famille ne pouvait pas se permettre de payer un traitement médical.

Le cas tragique de Taha met en lumière le sort de centaines de milliers de Palestiniens qui vivent dans les camps de réfugiés misérables du Liban et qui sont victimes d'un système d'apartheid qui leur refuse l'accès au travail, à l'éducation et aux soins médicaux.

Par ironie du sort, la mort du jeune garçon à l'entrée de l'hôpital a coïncidé avec la "Semaine contre l'apartheid israélien", un festival de haine et d'incitations, organisé par des militants anti-iIsraéliens sur les campus universitaires des États-Unis, du Canada et d'autres pays dans le monde.

Il est hautement improbable que les organisateurs de cet événement aient entendu parler du cas de Taha. À en juger par les expériences passées, il est également très peu probable qu'ils fassent connaître cette affaire s'ils en prennent connaissance. 

Pourquoi se soucier d'un garçon palestinien qui se voit refuser un traitement médical par un hôpital arabe ? C'est une histoire qu'ils ne peuvent pas utiliser contre Israël.

Peut-on imaginer ce qui serait arrivé si un hôpital israélien avait laissé mourrir sur son parking un enfant parce que son père n'avait pas 1500 $ pour payer son traitement ?

Le conseil de sécurité de l'ONU aurait tenu une réunion d'urgence et Israël aurait été fermement condamné et tenu pour responsable de la mort du garçon.

Tout cela se passe au moment même où des dizaines de milliers de patients palestiniens continuent à bénéficier de traitements dans les hôpitaux israéliens.

L'an dernier seulement, quelque 180 000 palestiniens de Cisjordanie et de Gaza sont entrés en Israël pour recevoir un traitement médical. Beaucoup ont été soignés en dépit du fait qu'ils n'ont pas assez d'argent pour couvrir leur traitement. En Israël, si un terroriste suicide est seulement blessé dans sa tentative de tuer des Juifs, il a droit à des soins médicaux. Et il existe de nombreux cas où des Palestiniens blessés dans des attaques contre Israël se sont retrouvés plus tard soignés dans les meilleurs hôpitaux israéliens.

Le Liban, soit dit en passant, n'est pas le seul pays arabe qui applique officiellement des lois d'apartheid contre les Palestiniens en leur refusant le droit de recevoir un traitement médical et le droit de posséder des biens.

La semaine dernière, on a annoncé qu'un centre médical en Jordanie a décidé de cesser de traiter des malades palestiniens atteints de cancer parce que l'Autorité palestinienne avait omis de payer ses dettes au centre.

Il existe bien d'autres pays arabes dans lesquels les Palestiniens sont discriminés quand il s'agit de recevoir un traitement médical.

Il est vraiment honteux que tandis qu'Israël soigne des malades palestiniens dans ses hôpitaux, ceux-ci se voient refuser un traitement par des hôpitaux arabes pour différentes raisons y compris des raisons financières. On reconnaît maintenant que les dictateurs arabes ne se soucient pas de leur propre peuple, alors pourquoi devraient-ils prêter attention au cas d'un jeune garçon de 11 ans qui meurt à l'entrée d'un hôpital parce que son père n'a pas 1500 dollars ?

Et puisque la mort de cet enfant a eu lieu dans un pays arabe et que la victime est un arabe, pourquoi donc devrait-on s'en soucier ?

Où sont les protestations contre l'apartheid arabe ?

Adapté par Danilette

 

Merci à Hanna d'avoir parler la première de ce cas link

 

 

 

 

 

 

Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés