Mardi 13 mars 2012 2 13 /03 /Mars /2012 15:35
- Publié dans : Désinformation, réinformation

http://blogtsahal.wordpress.com

Depuis quelques jours, Tsahal mène des frappes sur Gaza pour stopper les tirs de missiles sur Israël. Les médias se font l’échos des bombardement de l’armée de l’air à Gaza et de leurs conséquences sur la population civile. Dans le même temps, Tsahal réaffirme ne viser que des cibles terroristes. Entre bombardements aveugles et frappes ciblées, la différence peut sembler ténue. Elle est pourtant essentielle.

La bande de Gaza est un territoire densément peuplé (une des plus fortes densité au monde) ce qui rend toute action préventive de Tsahal pour déjouer des tirs de roquettes particulièrement complexe. Tsahal se donne comme objectif de protéger les populations civiles quelles qu’elles soient.  Un vrai défi lorsque l’ennemi, lui, n’hésite pas à se fondre dans la population et à dissimuler ses propres infrastructures dans des zones d’habitation civile. Un point sur les différents moyens utilisés par Tsahal pour prévenir les tirs de roquettes sur le cœur du pays en minimisant le risque de perte civiles

 1. «Des frappes ciblées»: une expression communément employée qui recouvre une réalité opérationnelle précise : isoler les terroristes et les cibler de manière à les frapper sans mettre en danger la population.  Dans les faits cela se concrétise par exemple par une préférence pour des frappes sur des véhicules plutôt que sur des bâtiments – comme celle qui a permis de tuer les membres de la cellule terroriste du CRP projetant un nouvel attentat via le Sinaï en Israël, sans faire de victime civile.

2. «Les frappe avortées»: l’armée de l’air ne frappe pas à tout prix, elle s’efforce au contraire à ne tirer que lorsque la menace se concrétise (déploiement de missile, tirs, etc) et lorsque le risque pour les populations civiles est minimale. Une commission avant chaque frappe donne l’autorisation de tirer, et fera avorter la mission si le risque pris est trop important. Ainsi, à de nombreuses reprises, des frappes ont été annulées au dernier moment, et ce à cause d’un imprévu dont le plus commun est le passage de civils dans les zones depuis lesquelles sont tirées des roquettes.  Voici l’exemple d’une frappe de l’armée de l’air avortée à la dernière minute.  Sur ces images filmées pendant Plomb Durci, des terroristes du Hamas se servent d’enfants commes boucliers humains pour dissuader l’avion israélien de les cibler. Lire la suite

Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés